Imprimer

La nouvelle plaie d’Egypte

Publié dans Destination le

A l’origine, il y en avait 10 selon l’Ancien Testament. Depuis une vingtaine d’années, le terrorisme était venu s’ajouter cette liste déjà longue. Mais l’accident de montgolfière à Louxor pourrait bien être révélateur d’une nouvelle plaie qui risque d’aggraver encore plus la mauvaise image du tourisme en Egypte.

 

L’Histoire de l’Egypte, à l’instar du Nil (avant qu’il ne soit domestiqué), n’a rien d’un long fleuve tranquille, et ce, depuis la nuit des temps. Ainsi, selon l’Ancien testament, Dieu décida d'envoyer dix calamités sur l'Égypte afin de forcer Pharaon à libérer le peuple Hébreux qu’il retenait captif.

Résultat, l'eau du Nil et de toute l'Égypte se changea en sang ; les grenouilles infestèrent le pays ; les grains de poussière se transformèrent en moustiques ; la vermine envahit le pays… Et, pour finir, les ténèbres recouvrirent le pays.

Le tourisme, pierre angulaire de l’économie

Face à cette colère divine, Pharaon céda et l’Egypte put enfin retrouver une vie (presque) normale. Et avec l’essor du transport aérien au XXème siècle, le pays put enfin faire découvrir massivement aux touristes du monde entiers ses trésors architecturaux.

Aujourd’hui, le tourisme est devenu un pilier de l’économie égyptienne. Il fournit un emploi sur huit, représente 11% de l'activité économique du pays et 1/4 de ses revenus en devises. En 2012, un peu plus de 11 millions de touristes étrangers s’y sont rendus.

La nouvelle plaie du terrorisme

Pourtant, à l’aube du 3ème millénaire, une nouvelle plaie a frappé durement l’Egypte : le terrorisme. Un terrorisme qui a pris comme cible privilégiée, les touristes. Entre 1992 et 1997, une dizaine d’attentats ont été perpétrés contre eux. Le plus sanglant fut celui perpétré au temple d’Hatchepsout en novembre 1997 avec 62 morts.

En octobre 2004, un triple attentat à la voiture piégée à Taba sur la Mer Rouge et à Ras Chetan dans le Sinaï contre des touristes israéliens fait 32 morts. Un an plus tard, à Sharm el Sheikh, une série 7 explosions provoquent la panique et le rapatriement des touristes sur place. Le 22 février 2009, Un engin artisanal posé sous un banc explose dans le quartier du vieux Caire tuant une Française et faisant 22 blessés…

Les touristes reviennent, repartent, reviennent…

Malgré cette nouvelle plaie, les touristes reviennent en Egypte. La menace terroriste est désormais intégrée dans les mœurs… partout dans le monde. Ils seront même 14,5 millions à s’y rendre en 2010.

Mais l’année 2011, marquée par le soulèvement contre le régime du président Hosni Moubarak, sonne le glas de la reprise touristique. Et avec elle, l’entrée de devises dont le pays a cruellement besoin.

Jusqu'en 2010, le tourisme était la première ressource de devises du pays avec 7 milliards de $ par an, loin devant les revenus générés par le canal de Suez. En 2011, les revenus du tourisme ont baissé de près de 30%.

Des sites historiques en souffrance

Surprise, l’année dernière, l'Egypte enregistre à nouveau une hausse de 17% du nombre de visiteurs par rapport à 2011 et malgré les troubles de l'automne dernier. Les recettes, quand à elles, progressent d’un peu moins de 13 % a même annoncé le ministre du Tourisme égyptien Hicham Zaazou en début d’année.

Car la clientèle russe des plages de la mer Rouge a compensé l'absence des touristes attirés par l'histoire de l'Égypte. Et ce glissement n’est pas sans conséquences. Car la désaffectation de Louxor, et dans son ensemble, du Sud du pays avec ses trésors archéologiques, affecte durement les professionnels.

Rien ne va plus

Et l’accident de montgolfière de Louxor cette semaine pourrait les faire disparaitre. C'est le premier accident grave qui concerne des touristes depuis la chute d’Hosni Moubarak. Et il pourrait bien être l’arbre qui cache la forêt de la situation actuelle en Egypte.

Car depuis plusieurs mois, des drames similaires se multiplient en Égypte. En novembre dernier, un bus scolaire était percuté par un train à Assiout, dans le sud du pays. Bilan, une cinquantaine de morts dont la plupart sont des enfants.

D’après l’enquête, les systèmes d'alarme ne fonctionnaient plus. En janvier dernier, un autre accident de train dans un quartier populaire du Caire a provoqué la mort de 23 personnes. Dans le nord du pays, deux immeubles se sont effondrés.

Responsabilité des agences

Une simple loi des séries ? Pas si sûr. Le manque de devises ne permet plus de maintenir à niveau les infrastructures. Jeudi, le gouverneur a interdit tout survol en ballon. N’était ce pas trop tard.

En attendant les résultats de l’enquête, cette situation pourrait donner des sueurs froides aux TO et autres agences de voyages françaises.

Car, aux yeux de la loi, elles sont responsables de plein droit des voyages qu’elles vendent. Vont-elles prendre le risque d’y envoyer des touristes si la sécurité n’est plus assurée ? Rien n’est moins sûr.

Et la perspective des prochaines élections législatives du mois de juin, avec les débordements qu’elles risquent d’engendrer ne devrait malheureusement pas faire revenir les touristes. Souhaitons que la démocratie y gagne. Le tourisme y survivra-t-il ?

HD


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir