Imprimer

Vol MH 370 : et si l’explication de sa disparition se dessinait ?

Publié dans Billets d'humeur le

Une hypothèse d'Hervé Ducruet

Plus les jours passent et plus le mystère s’épaissit autour de la disparition du vol 370 de la compagnie Malaysia Airlines entre Kuala Lumpur et Pékin. Après 9 jours de recherches, toutes les hypothèses sont aujourd’hui possibles. Pagtour a la sienne… qui vaut ce qu’elle vaut…

Des portables qui sonnent encore, un contact radar qui disparait, un avion introuvable et qui aurait, selon les dernières informations, volé encore jusqu'à sept heures supplémentaires depuis l'annonce de sa disparition. Un temps de vol lui permettant d’atteindre le Pakistan ou un pays du Golfe persique… Depuis samedi, les thèses les plus folles sont désormais avancées.

On y retrouve pêle-mêle la présence d’un Triangle des Bermudes local, certains vont même jusqu’à faire le parallèle avec la fameuse série TV américaine « Lost » où les survivants d’un crash aérien, dans la même zone géographique que celle du vol MH 370, se retrouvaient sur une île mystérieuse avec des habitants qui ne l'étaient pas moins… Mais, dans notre monde moderne, la réalité dépasse bien souvent la fiction... surtout depuis l’irruption d’internet dans notre vie quotidienne.

Ainsi, les internautes du monde entier peuvent désormais participer directement aux recherches en utilisant la plateforme collaborative Tomnod, dont la maison mère, Digital Globe, fournit notamment des images spatiales à Google Earth. Depuis la disparition de l'appareil, Digital Globe a même redirigé deux satellites sur la zone de recherche de 3 200 km dans le Golfe de Thaïlande.

Selon le journal Le Parisien de ce jour (13 mars 2014), déjà 60 000 pages auraient été vues. Et la journaliste, qui a testé le site Tomnod, de raconter qu’après quelques minutes, apparait à gauche de l’écran « aide-nous à repérer l’avion »… Et, comme dans un jeu vidéo, apparaissent des icones comme « marée noire », « canot de sauvetage », « débris »… Sauf que là, ce n'est pas du virtuel !

 

Et si Hergé avait raison ?

Ensuite, il suffit, grâce aux cartes satellitaires offrant une résolution jusqu’à 20 mètres, de faire comme un avion de repérage : scruter les flots, cliquer sur un élément suspect… et faire part de ses trouvailles à Tomnod qui, si elles ont intéressantes, vous félicite... Et on gagne quoi ?

Chez Pagtour, nous suivons depuis le début l’affaire du vol MH 370. Et nous avons aussi une hypothèse… étonnante.

Une hypothèse déjà traduite en image en 1968 par un certain Hergé, le créateur de Tintin, dans son album « Vol 714 pour Sydney » ! Et, à y regarder de plus près, il y a de nombreuses similitudes entre la disparition du vol 714 et celui de la Malaysia Airlines. Géographique d’abord. L’avion d'Hergé pour Sydney décollait de Djakarta (Indonésie), celui pour Pékin, de Kuala Lumpur (c'est pas loin... pour un  français).

Autres similitudes, la disparition du vol sur l’écran radar de la tour de controle ou encore la coupure du transpondeur qui permet l’identification de l’avion tout au long de son parcours. Dernière similitude enfin, un radar militaire aurait repéré un « signal » volant à basse altitude, sans pour autant confirmer s’il s’agissait du Boeing 777 de la Malaysia Airlines.

Et là, on est en plein « Vol 714 pour Sydney »… La preuve en page 15 de l'album quand la tour de contrôle de Macassar demande à l'appareil : « Que se passe-t-il ? Nous n'avons plus aucun contact, donnez votre position... Nous n'avons plus le contrôle radar. Allo allo, Golf Tango Fox, répondez ».

La réponse est sur la même page. Si l’avion vole au ras des flots, c’est parce qu’il vient d’être détourné par les pilotes eux-mêmes. Leur but, enlever le milliardaire Laszlo Carreidas qui se trouve à bord pour lui faire avouer son numéro de compte bancaire en Suisse. A ce propos, la police Malaisienne, en collaboration avec Interpol, passe au crible tous les profils des passagers mais aussi de l'équipage du vol MH 370, à la recherche d'un indice, d'une « anomalie »…

 

Une piste artificielle sur une île déserte

Et là où l’imagination d’Hergé est remarquable à plus d’un titre, c’est qu’il va faire disparaitre l'avion en le faisant atterrir sur une des milliers d’îles désertes qui parsèment la région. Comment ? En construisant une piste d’atterrissage artificielle sur un plage suffisamment longue... (voir page 16).

Et dans « Vol 714 pour Sydney », l’atterrissage n’a rien d’un « kiss landing »… Mais ça marche (page 17 et 18) ! Bon, on est en pleine fiction, c’est une BD, mais un atterrissage dans ces conditions est parfaitement envisageable. Non ?

Et pour finir de convaincre les sceptiques, pour arrêter l’appareil lancé à pleine vitesse sur une piste trop courte, il suffit de s’inspirer de la technique utilisée sur les porte-avions : le filet d’arrêt !

Ensuite, une fois l’avion atterri, c'est simple, il suffit de démonter la piste artificielle, planquer l'avion sous la canopée... Avec un peu de main d'œuvre locale à disposition, c’est l’affaire d'à peine quelques heures avant que l’île déserte ne retrouve son appellation initiale… Sans plus aucune trace de l'avion...Ni vu ni connu j't'embrouille... (page 20).

Comme le dit si bien l'infâme Rastapopoulos, instigateur du détournement de l'avion dans la BD d'Hergé, « Et voilà !... »

Un scenario (plausible, non ?) qu’on peut ajouter aux innombrables hypothèses avancées depuis samedi dernier. Entre les fissures dans le fuselage qui auraient entrainé la brusque dépressurisation de l'appareil, l’asphyxie des passagers et de l'équipage par une défaillance du système d’aération, le missile militaire (il y a le choix dans la région), le coup de folie d’un pilote (rappelez vous celui d'Egyptair), la bombe, l’acte terroriste… celle d’Hergé n’est pas à écarter d'emblée… Après, se pose la question : pourquoi détourner (et conserver) cet avion ? Mais bon, on n'en est pas là... Enfin, j'espère...

Par contre, le plus inquiétant, c'est que dans un monde de plus en plus sous surveillance, un Boeing  777 puisse disparaître sans laisser de traces...

 


Commentaires   

 
+1 #6 J.ALAOUI 19-03-2014 12:40
Pour les passagers, je crois qu’après la montée de l’avion à une altitude de 45.000 pieds (à peu près 15 Km) puis sa descente à 23.000 pieds, tout le monde aurait perdu connaissance… la situation aurait été aggravée si les pilotes ont désactivé les masques d’oxygènes.
Citer
 
 
+1 #5 J.ALAOUI 19-03-2014 12:40
JE CROIS QU IL S AGIT D UN ACTE DELIBERE PERPETRE PAR LES PILOTES POUR LE COMPTE D UNE GRANDE COSNPIRATION.

Je crois que l’avion ainsi que les passagers sont saints et saufs sur une île aux alentours des Maldives.
Si aucun appel téléphonique des 239 passagers n’a pu être détecté, c’est tout simplement à cause d’une éventuel BROUILLEUR DE GSMs qui coûte moins de 100 $ que quelqu’un a du mettre à bord. CECI JUSTIFIE LE FAIT QUE CERTAINS GSM ONT SONNE à cause de ces brouilleurs qui ne sont pas fiables à 100%.
Pour le plan de vol, il devient de plus en plus évident qu’il a été programmé à l’avance et que toutes les manœuvres effectuées (changements de CAP, d’altitude, etc..) par l’avion l’étaient en mode « AUTO-PILOT ON ». Il est difficile voire impossible qu’un pilote puisse échapper aux différents radars des différents pays en mode manuel … cela nécessite la connaissance d’informations TOP SECRÈTES que seules les hauts responsables du pays connaissent.
Citer
 
 
+1 #4 labarbe 16-03-2014 10:04
J'ai tout de suite relu vol 714 pour sydney , J'y voit beaucoup de ressemblance; Les auteurs du détournement on du lire aussi le livre! J'ai pensé à ça dés le premier jour
Citer
 
 
+1 #3 dude 16-03-2014 02:11
Citation en provenance du commentaire précédent de Marc :
J'adore la dernière phrase :D ;-)


:D
Citer
 
 
0 #2 RICHARD SERAFINOWSKI 15-03-2014 17:08
Ahurissant, déjà avec le AF 447 on n'a jamais été capable de situer l'endroit du crash même a 100 kilomètres près voila une nouvelle fois que la couverture radar est mise à mal par ce nouveau mystère du MH 370. J'ai l'impression que l'on met plus de matière grise en œuvre pour suivre des drones, des missiles chargés de semer mort et désolation que d'assurer l'infaillibilit é des systèmes chargés d'assurer la sécurité des voyageurs aériens;
Citer
 
 
0 #1 Marc 13-03-2014 21:31
J'adore la dernière phrase :D ;-)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir